Le Réveil Lozère 24 juillet 2019 à 10h00 | Par YG

Chambres d'agriculture : le gouvernement projette de baisser leur budget de 6 %

L'État veut réduire les moyens financiens des chambres d'agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Claude Cochonneau.
Claude Cochonneau. - © APCA

« Le réseau des chambres d'agriculture est en ébullition. » Le motif de cette colère, exprimée par Claude Cochonneau, président de l'APCA, le 18 juillet ? La décision du gouvernement de réduire les moyens financiers de son réseau de 6 %. Lors d'une réunion le même jour, le directeur de cabinet et le conseiller du Premier ministre lui ont confirmé l'abaissement de 15 % de la TATFNB (taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti) prévu dans le projet de loi finances pour 2020. Cette enveloppe annuelle de 292 millions d'euros (collectée auprès des propriétaires ruraux) revient entièrement aux chambres, dont elle assure presque 40 % du budget global. La décision du gouvernement les priverait de 45 millions d'euros, sur un budget total de 740 millions d'euros en 2018. Une mesure qui ne serait pas motivée par une économie des deniers publics, mais plutôt par l'affichage d'une moindre dépense publique et par une réduction de la pression fiscale. Même si, d'après l'APCA, la TATFNB ne représente que 150 euros en moyenne par exploitation.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1520, du 25 juillet 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui