Le Réveil Lozère 24 juillet 2019 à 07h00 | Par SC et AP

Ceta : "Le combat continue"

Les députés ont voté, ce mardi, en faveur d'une ratification de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada. Pour la FDSEA et JA48, pas question de baisser la garde, idem pour Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Bénézit, éleveur dans le Cantal, secrétaire général adjoint de la FNSEA.
Patrick Bénézit, éleveur dans le Cantal, secrétaire général adjoint de la FNSEA. - © FNSEA

Malgré des arguments objectifs étayés par des rapports d'experts commandés par Matignon notamment (rapport Schubert en septembre 2017), les députés français ont voté en faveur d'une ratification de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada...

L'accord passe in-extremis. Nous pouvons être fiers d'avoir déployé tous les arguments dénonçant la nocivité d'un tel accord. Au sein même de la majorité, fait assez inédit, il y a eu des votes contre et beaucoup d'abstentions. Des députés ont voté par discipline alors qu'ils savaient très bien à quoi l'agriculture française risque d'être exposée avec un tel accord.

Le recours du Canada aux farines animales, aux activateurs de croissance et aux pesticides, est au coeur du combat porté par la profession. Estimez-vous que la discipline de vote de la majorité LREM a primé sur l'intérêt des agriculteurs et des consommateurs français ?

Avec d'autres pays, le Canada vient d'attaquer l'Europe à l'OMC car l'UE n'utilise pas certaines molécules. Preuve que ce pays n'a pas du tout l'intention d'abandonner son modèle au profit du nôtre. Les parlementaires ont voté en connaissance de cause, en sachant pertinemment que le Canada a recours aux farines animales, aux activateurs de croissance, autorise 46 pesticides, et que les normes de transport des animaux sont de 16 heures, quand elles sont de 8 chez nous. Mais le combat n'est pas terminé. Le texte doit être examiné à l'automne au Sénat. Si le Sénat ne le ratifie pas, il repassera par l'Assemblée nationale.

Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse et par ailleurs éleveur, a défendu bec et ongles ce texte. Inconcevable pour vous ?

Le plus désespérant pour nous, c'est qu'un député soi-disant paysan, non seulement est voté le texte mais qu'il ait de surcroît participé à sa propagande mensongère. C'est affligeant et nous n'aurions jamais cru que cela puisse aller jusque-là. Nous n'aurions jamais imaginé que Jean-Baptiste Moreau en connaissance de cause, défende avec une telle véhémence cet accord. Qu'il soit utilisé par la majorité en tant qu'agriculteur c'est inquiétant, d'autant que cet accord n'est pas compatible avec l'article 44 de la loi alimentation issue des États généraux.

 

En Lozère, après le vote de l'Assemblée nationale, FDSEA et JA rencontreront le sénateur

Avec 266 voix pour et 213 contre, le texte de ratification du traité de libre-échange avec le Canada a été approuvé par l'Assemblée nationale d'une courte majorité. Le vote, qui avait été repoussé, s'est finalement déroulé le mardi 23 juillet. Pourtant, malgré ce résultat, les votes ne sont pas terminés au parlement français. Après être passé devant l'Assemblée nationale, le texte sera présenté devant le Sénat à la rentrée. « Nous regrettons le résultat du vote de l'Assemblée nationale», indique conjointement Olivier Boulat, président de la FDSEA 48 et secrétaire général adjoint de la FNB et Vincent Bonnet président des JA. En prévision des prochaines séances au Sénat, les responsables de la FDSEA et des JA rencontreront Alain Bertrand lundi prochain. « Comme nous l'avions fait avec Pierre Morel à l'Huissier, nous rencontrerons le sénateur Alain Bertrand afin de lui faire part de nos inquiétudes concernant ce traité de libre-échange», indique l'éleveur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui