Le Réveil Lozère 11 avril 2018 à 10h00 | Par RO

Cédric Villani explore les conditions d’émergence d’une « agriculture augmentée »

Dans son rapport pour une stratégie sur l’intelligence artificielle, le mathématicien et député de l’Essonne évalue les développements possibles de ces technologies dans le domaine agricole. Il encourage notamment le développement d’une plus grande standardisation des données tout en élargissant les capacités numériques des agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Présenté le 29 mars dernier, le rapport du mathématicien et député LREM Cédric Villani visant à « donner un sens à l’intelligence artificielle » (IA) s’intéresse aux implications possibles de cette technologie dans le domaine agricole. Si l’agriculture ne fait pas nominativement partie « des quatre secteurs prioritaires » identifiés par le rapport (santé, environnement, transports-mobilités, défense-sécurité), un focus sectoriel y est consacré. Que ce soit à travers l’amélioration des bilans énergétiques des exploitations, la diminution des intrants chimiques, un meilleur suivi des troupeaux ou une amélioration de l’épidémiosurveillance, l’IA représente une « ressource précieuse » pour l’agriculteur et « peut permettre des innovations sur l’ensemble de la chaîne de valeur » agricole et agroalimentaire, constate-t-il.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1455, du 12 avril 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.