Le Réveil Lozère 03 octobre 2017 à 08h00 | Par Foret Privée

Ce que veulent les forestiers

« France forêt Occitanie » s’est récemment réunie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Compte tenu de la stratégie nationale visant à réduire l’important déficit de la balance commerciale de la filière bois en accroissant de 12 millions de mètres cubes la récolte française de bois à l’horizon 2026, elle a défini les quatre enjeux jugés principaux pour la forêt régionale.


➊ Augmenter les capacités de transformation du bois d’œuvre en Occitanie.
L’Occitanie est la 2e région française en termes de ressource forestière, mais se situe au-delà de la 10e position quant aux capacités de transformation implantées sur son territoire. Cette situation, et même si la Lozère fait exception, handicape la valorisation d’une part significative de la ressource (notamment les bois de gros diamètre) et entraîne des prix de vente peu incitatifs.
Il convient donc que la puissance publique définisse des leviers pour inciter l’implantation de nouvelles unités industrielles et le développement de celles qui existent.
La récolte supplémentaire doit s’accompagner, pour une gestion durable des forêts, de mesures réellement incitatives pour renouveler la ressource. Les aides au reboisement doivent être consolidées et simplifiées et le travail pour propre compte rendu éligible pour les propriétaires privés.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1428, du 5 octobre 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.