Le Réveil Lozère 07 mars 2018 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Carton plein pour le grand retour de la race brune au Salon de l’agriculture

La race Brune signait cette année son grand retour dans la grille des concours du Salon de l’agriculture. Vincent Julhan, éleveur lozérien et président de BGS, revient sur l’évènement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lalante, fille de Hamster a été élue Miss BGS.
Lalante, fille de Hamster a été élue Miss BGS. - © BGS

Depuis 2008, la race Brune n’était présente au Salon de l’agriculture qu’en vitrine. Cette année, elle a fait son grand retour avec seize primipares en lice pour le concours de Miss BGS. Comment cela s’est-il passé ?
Cela s’est très bien passé. Nous sommes très satisfaits de l’évènement, du format et de la façon dont ça s’est passé. Les animaux sont arrivés le mardi soir sur le Salon et ont été exposés dans les allées pendant les jours qui suivaient.

Et pour le concours ?
Le concours s’est déroulé le vendredi 2 mars. Seize génisses et seize élevages étaient en compétition dont quatre venus de Lozère. Toutes en première lactation, les génisses étaient réparties en trois groupes : de 24 à 30 mois, de 30 à 36 mois et plus de 36 mois. Au final, Lalante, fille de Hamster, élevée au Gaec Chevallier Jacoillot (Côte-d’Or) a remporté le prix Miss BGS mais les Lozériens n’ont pas à rougir.

 

 

Suite de l'interview à lire dans Réveil Lozère n°1450, du 8 mars 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.