Le Réveil Lozère 04 avril 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Campagnols terrestres : «toutes les initiatives réalistes de lutte sont à encourager »

Organisée à l’échelle du grand Massif central, la réunion technique sur la lutte contre le campagnol terrestre a notamment permis de faire le point sur les expérimentations en cours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bernard Viu, directeur délégué de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes a rappelé les enjeux du plan d’actions campagnols.
Bernard Viu, directeur délégué de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes a rappelé les enjeux du plan d’actions campagnols. - © Sophie Chatenet

Face à l’ampleur des dégâts générés par les campagnols terrestres sur les prairies du Massif central, la profession agricole réunie autour de la Copamac-Sidam a enjoint l’État, la recherche, les fédérations de défense contre les organismes nuisibles, le Fonds de mutualisation sanitaire et environnemental (FMSE)… à se mobiliser pour non seulement assurer l’indemnisation des agriculteurs, mais aussi pour trouver des moyens de lutte efficaces et viables dans leur application. « Côté profession, nous encourageons toutes les initiatives, toutes les expérimentations qui ramènent du résultat », résume Patrick Bénézit, président de la Copamac. Depuis le 27 mai 2016, des engagements sur ce dossier ont été pris par l’État et la Région. « On regrette toutefois que seule la région Auvergne-Rhône-Alpes se soit engagée à soutenir la recherche ». Le campagnol ne sévit pas que sur ce territoire…Environ dix-huit mois après le déploiement du plan d’action, qui comporte un volet expérimentation et un volet recherche (quatre pistes évaluées), une première restitution s’est tenue, vendredi dernier, à Lempdes, à la Maison de la forêt et du bois.

Ce qui marche et ce qui marche moins
Au cours des derniers mois, la chambre d’agriculture du Cantal et le SRAL (service régional de l’alimentation) ont testé sur plusieurs parcelles, la glace carbonique et le tourteau de ricin.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1404, du 6 avril 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui