Le Réveil Lozère 25 juillet 2018 à 11h00 | Par Patricia Olivieri

Campagnols terrestres : la recherche avance dans le Massif central

Lutte contre le campagnol Le comité de suivi recherche sur la lutte contre les rats taupiers dans le Massif central a permis d’exposer les premiers résultats des équipes scientifiques mobilisées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Même sans indice de présence frais, la densité sur une parcelle peut atteindre 250 individus par hectare.
Même sans indice de présence frais, la densité sur une parcelle peut atteindre 250 individus par hectare. - © DR

Les éleveurs du Massif central le savent : le campagnol terrestre est un ennemi tout sauf à sous-estimer. Vivons heureux, vivons cachés, telle pourrait être la devise de ce rongeur. Car, si on est loin des phases de pullulation aux conséquences désastreuses des années antérieures, le rongeur n’a pas déserté les prairies du Cantal et de ses voisins, comme le montrent les récents constats* de la FDGDon sur plusieurs communes du Cézallier. « Quand on ne le voit pas, ça ne veut pas dire qu’il n’est pas là et quand on le voit, c’est déjà trop tard », ont ainsi souligné les membres du comité de suivi recherche réunis le 31 mai dernier et animé par le Sidam**. Près de 250 individus à l’hectare ont de fait été capturés sur des parcelles pourtant exemptes de tout indice de présence fraîche, le rongeur se multipliant en sous-sol en utilisant des galeries pré-existantes, de taupe, ou d’anciennes galeries liées à une précédente pullulation. De quoi conforter, si besoin était, le leitmotiv d’une lutte régulière, à basse densité.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1470, du 26 juillet 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous serons dans la rue très prochainement pour dire non au matraquage des agriculteurs et pour que le gouvernement tienne ses promesses.

sur la loi Égalim, a alerté Christiane Lambert, présidente de la FNSEA le 3 décembre. Invitée sur France Info, elle a exprimé le ras-le-bol des agriculteurs face à l’agribashing.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui