Le Réveil Lozère 06 décembre 2016 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère, d'après un article d'Arvalis-Institut du végétal

Campagnols des champs et campagnols terrestres : même combat !

La nuisibilité des campagnols sur les cultures est faible tant que les effectifs restent limités. Leur fort taux de reproduction peut amener un accroissement rapide des populations, à l’origine de dégâts significatifs. Leur présence est donc à surveiller. Un arrêté national de mai 2014 encadre la lutte préventive.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le campagnol des champs est fréquent dans les champs et les prairies à végétation rase.
Le campagnol des champs est fréquent dans les champs et les prairies à végétation rase. - © Dieter TD

Des dégâts de campagnol des champs peuvent être observés dans des cultures porte-graines, des prairies, des céréales ou encore des cultures potagères. Seules des densités élevées de population entraînent des dégâts significatifs, notamment dans les foyers historiques : au-delà de 200 individus par hectare, l’impact économique est conséquent, avec des variations selon les cultures et les stades. Les effectifs évoluent en lien avec la reproduction, avec un pic à l’été ou en début d’automne. Les variations inter-annuelles sont également importantes. Le pic de population, jusqu’à plus de mille individus par hectare, peut se maintenir deux ans et revenir tous les trois à cinq ans. Certaines pratiques, comme le moindre travail du sol ou la mise en place de couverts végétaux, peuvent être favorables au campagnol des champs du fait de la préservation de son habitat. Une couverture végétale assure les besoins alimentaires et procure un abri, notamment en soustrayant le campagnol de la vue de ses prédateurs. Les couverts intermédiaires lui sont favorables, et a fortiori les couverts permanents. Certaines cultures, comme les légumineuses (trèfle, luzerne), peuvent également être plus appétantes. La faible présence de haies ou de bosquets, ainsi que les grandes surfaces ouvertes réduisent quant à elles le nombre de ses prédateurs comme le renard, la belette et autres rapaces. La lutte est avant tout préventive en évitant un environnement trop favorable. L’entretien des bords de champs, par exemple, réduit les zones refuges. Des mesures collectives de gestion des prédateurs, comme l’installation de perchoirs, participent aussi à la limitation des populations.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 8 décembre 2016, numéro 1387.

Démarche
Les personnes ayant traité cette année sont priées de renvoyer la fiche de suivi de l’utilisation de la bromadiolone avant le 20 décembre à l’animatrice campagnol basée au GDS à Mende, 21 avenue Jean-Moulin ou par mail à lhotte.fredonlr@orange.fr.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui