Le Réveil Lozère 29 octobre 2014 à 08h00 | Par François-Xavier Simon

Bruxelles veut utiliser la réserve de crise

La Commission de Bruxelles propose de recourir à la réserve de crise agricole de 2015, alimentée par une baisse des paiements directs 2014, pour financer les mesures d’urgence prises jusqu’à maintenant, afin de soutenir les secteurs des fruits et légumes et du lait, face à l’embargo russe sur les produits agroalimentaire

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Adoptée le 15 octobre par la Commission européenne, une lettre rectificative au projet de budget communautaire 2015 prévoit d’utiliser la réserve de crise agricole, pour couvrir le coût des mesures de soutien prises à ce stade face à l’embargo russe, sur les produits agroalimentaires de l’UE. Le budget de la Pac a (en théorie) la possibilité de couvrir les dépenses en question, surtout grâce aux recettes provenant notamment du super prélèvement laitier, mais la Commission préfère utiliser ces réserves à d’autres fins. Ces dépenses sont estimées à quelque 344 millions d’euros : 125 millions d’euros pour le premier programme en faveur des fruits et légumes, 165 millions d’euros pour le second, 33 millions d’euros pour les pêches et nectarines, 20 millions d’euros pour les produits laitiers. La réserve de crise sera dotée de 433 millions d’euros obtenus, comme le veut la réglementation sur la discipline financière et comme l’a déjà proposé la Commission, au moyen d’une réduction de 1,3 % des paiements directs versés aux exploitants pour 2014.

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 30 octobre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Nous avons face à nous, en Chine, une demande en viandes bovines françaises qui pourrait permettre à tous les acteurs de la filière […] de créer de la valeur et de garantir une meilleure rémunération des éleveurs. Rien ne justifie, à nos yeux, que nos entreprises ne répondent pas – ou si peu – aujourd’hui, à cette demande. Ce voyage devrait donc nous permettre de mieux comprendre la situation sur ce marché et, nous l’espérons, d’impulser rapidement l’exportation de nouveaux volumes.

déclarait Bruno Dufayet, président de la fédération nationale bovine, quelques jours avant un voyage en Chine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui