Le Réveil Lozère 12 septembre 2018 à 14h00 | Par FXS

Bruxelles propose officiellement de renégocier avec les États-Unis le contingent d'importation européen « sans hormones »

Dans le cadre de la trêve commerciale négociée en juillet avec Donald Trump, la Commission européenne ressort officiellement sa proposition de juin visant à négocier l'allocation aux États-Unis d'une partie du contingent d'importation de boeuf « sans hormones » dans l'UE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La Commission de Bruxelles a annoncé le 3 septembre sa décision de demander au Conseil de l'UE un mandat pour négocier l'allocation aux États-Unis, qui le réclament, d'une partie du contingent d'importation communautaire en franchise de 45 000 tonnes de viande bovine de haute qualité provenant d'animaux non traités avec des hormones de croissance, ouvert jusqu'à maintenant à tous les pays fournisseurs selon le principe du « premier arrivé, premier servi ». En fait, cette proposition de l'exécutif européen date du 6 juin, mais celui-ci l'officialise près de trois mois après, affichant ainsi sa volonté de « respecter l'esprit et la lettre de la Déclaration commune approuvée le 25 juillet par les présidents Juncker et Trump pour lancer une nouvelle phase dans les relations commerciales entre l'UE et les États-Unis ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1475, du 13 septembre 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il est encore un peu tôt pour dresser le bilan définitif d’une loi qui va connaître dans les jours qui viennent une nouvelle lecture au Sénat, et dont plusieurs ordonnances sont encore à dévoiler, particulièrement celle qui concernera les prix abusivement bas.

commentent la FNSEA et les JA dans un communiqué commun le 17 septembre, après la fin de la seconde lecture à l’Assemblée nationale du projet de loi Agriculture et alimentation le 14 septembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui