Le Réveil Lozère 07 juin 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Bruxelles prévoit une augmentation de 2 % des crédits pour l’agriculture

Bruxelles table sur une augmentation des crédits de 2,1 % pour les aides directes et mesures de marché.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Commission européenne

La Commission européenne a proposé le 30 mai une augmentation de 8,1 %, en crédits de paiement, du budget 2018 de l’UE par rapport à 2017, à 145,4 Mrd € (+1,4 % à 160,6 Mrd € en engagements). Elle préconise une hausse de 2,1 % des fonds pour le premier pilier de la Pac (aides directes et mesures de marché), à 43,5 Mrd €, et de 5,7 % de ceux pour le deuxième pilier (développement rural), à 11,8 Mrd € (14,4 Mrd € en engagements, soit +0,1 % en engagements).
Le plafond des dépenses du premier pilier est fixé pour 2018 à 44,2 Mrd €.

Baisses des dépenses d’intervention et des recettes
Les 43,5 Mrd € réservés au premier pilier de la Pac dans le projet de budget 2018 tiennent compte de recettes affectées estimées à 1 Mrd €, en forte baisse par rapport à l’année en cours, et de la réduction prévue de près de 1,4 % des paiements directs 2017 destinée à constituer, à hauteur de 459,5 millions d’euros, la réserve de crise agricole du prochain exercice.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1413, du 9 juin 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.