Le Réveil Lozère 15 mai 2019 à 10h00 | Par AG

Bruxelles ouvre une consultation publique en vue d’assouplir le dispositif

La Commission européenne a ouvert une consultation publique sur les aides d’État dans le secteur agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le cadre européen en matière d’aides d’État pour l’agriculture, la sylviculture et les zones rurales comprend à la fois des lignes directrices et un règlement d’exemption par catégorie. Le cadre actuel (entré en vigueur en 2014) arrive à expiration fin 2020. Pour la période 2021-2027, il doit être renouvelé et adapté à la nouvelle Pac, en particulier aux plans stratégiques nationaux qui laisseront beaucoup plus de marges de manœuvre aux États membres.
La consultation ouverte par Bruxelles, du 26 avril au 19 juillet, vise à recueillir des points de vue sur l’efficacité des règles actuelles et sur le contour qu’elles pourraient prendre dans le futur. Dans le cadre de l’analyse qu’elle a fait mener, la Commission européenne a déjà constaté que certaines conditions d’éligibilité sont devenues obsolètes, causent des difficultés d’interprétation ou sont inutilement lourdes.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1510, du 16 mai 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui