Le Réveil Lozère 15 janvier 2020 à 10h00 | Par RM

Bruxelles confirme son soutien aux filières agricoles européennes

La Commission européenne devrait publier mi-janvier les actes délégués et d’exécution afin d’apporter une plus grande flexibilité aux opérateurs dans la réalisation et la gestion de leurs campagnes de promotion et d’augmenter le taux de co-financement de l’UE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Préparées par la Commission européenne depuis début décembre, les mesures de flexibilité supplémentaires dans la réalisation et la gestion des opérations de promotion des produits agricoles européens visés par les États-Unis dans le cadre de l’affaire Airbus, seront vraisemblablement votées par les experts des États membres mi-janvier lors d’un comité de gestion. Elles seront présentées à l’occasion de la prochaine réunion de la commission de l’Agriculture du Parlement européen (Comagri) prévue les 22 et 23 janvier. Les règlements (actes délégués et d’exécution) proposés par Bruxelles devraient permettre aux producteurs plus de latitude pour changer les marchés cibles de leurs campagnes de promotion déjà approuvées afin d’ouvrir d’autres marchés (ce qui n’est normalement pas possible sous peine de sanctions), et permettre États membres de lancer plusieurs appels d’offres par an afin de mieux s’adapter aux besoins des opérateurs.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 16 janvier 2020, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».