Le Réveil Lozère 22 février 2017 à 08h00 | Par Patricia Olvieri

Bruno Dufayet élu président de la FNB

La fédération nationale bovine a procédé le 15 février au renouvellement de son bureau pour trois ans. Succédant à Jean-Pierre Fleury, Bruno Dufayet, éleveur dans le Cantal, a été élu président avec 39 voix sur 52.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sophie Chatenet

La FNB est constituée de 19 membres représentant la diversité des systèmes d’exploitation bovin-viande (naisseurs, naisseurs-engraisseurs et engraisseurs) et des zones de production françaises. Voici la composition du bureau élu pour trois ans : Cédric Mandin (Vendée) est secrétaire général, Patrick Benezit (Cantal), Emmanuel Bernard (Nièvre), Ludovic Cauchois (Somme), Thierry Duval (Morbihan), Guy Hermouet (Vendée) et Alexandre Merle (Les Savoie) sont vice-présidents. À noter qu’Olivier Boulat, président de la FDSEA de Lozère, occupe un des quatre postes de secrétaire-général adjoint. Éleveur dans le Cantal, Bruno Dufayet était auparavant membre du bureau de la FNB. Il préside par ailleurs la commission enjeux sociétaux d’Interbev.
Vous prenez les rênes de la FNB dans un contexte particulièrement dégradé pour les éleveurs bovins. Quelles sont vos priorités ?
L’axe principal du mandat, c’est les prix, les prix et encore les prix. C’est un enjeu primordial quand on voit le niveau de revenus des éleveurs français. Ce sera notre cheval de bataille autour de la démarche Cœur de gamme déjà engagée et dont le but est de créer de nouvelles relations commerciales, plus saines, entre éleveurs, abatteurs et distributeurs. Tout le monde doit comprendre que l’enjeu, aujourd’hui, c’est le maintien d’une production bovine française.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 23 février, numéro 1398.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui