Le Réveil Lozère 27 juin 2018 à 10h00 | Par Marie Renaud

Biodiversité : observer, répertorier et préconiser

Prendre en compte la biodiversité ordinaire dans les parcelles agricoles. Voilà l’objectif du projet d’observatoire agricole de la biodiversité porté par Symbiose Allier et accompagné par le LIT (laboratoire d’innovation territorial) grandes cultures en Auvergne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Éric Foncelle, vice-président de l’association Symbiose 03, Catherine Brenon, responsable de l’unité eau-environnement à la chambre d’agriculture de l’Allier et Jean Martin, céréalier installé à Loriges.
Éric Foncelle, vice-président de l’association Symbiose 03, Catherine Brenon, responsable de l’unité eau-environnement à la chambre d’agriculture de l’Allier et Jean Martin, céréalier installé à Loriges. - © AA

Certains parleront de protocoles écologiques. Eux préfèrent, sans doute, parler de logique. « Préserver l’environnement en se tenant loin des discours utopistes, c’est cela que nous voulons », résume Éric Foncelle, vice-président de l’association Symbiose Allier. C’est même toute l’ambition de cette association, créée en 2015, qui s’attache à rassembler des adhérents de divers horizons pour parler d’environnement en restant ancré dans le réel. « Nous sommes très attachés à la triple performance : environnementale, économique et sociale », assure l’agriculteur installé à Saulzet (03).

« Comprendre ce qui se passe autour de mes parcelles »
Une vision partagée par l’ensemble des adhérents de Symbiose Allier, dont Jean Martin, installé en Gaec avec son fils sur 218 hectares de cultures (blé, colza, maïs, tournesol) à Loriges (03). L’agriculteur participe à l’Observatoire agricole de la biodiversité (voir encadré ci-contre) sur son exploitation. « J’ai besoin de comprendre ce qui se passe autour de mes parcelles. Observer la biodiversité ordinaire et se demander pourquoi tel insecte est présent dans cette parcelle alors qu’il ne l’est pas dans d’autres nous aidera à progresser dans nos pratiques ». Un souci du détail qui ne date pas d’hier puisque le céréalier pratique déjà le No labour sur certaines parcelles et s’est essayé aux couverts végétaux sur d’autres. « J’ai envie de progresser dans le bon sens mais sans jamais tomber dans l’utopie ni mettre en péril la viabilité économique de mon exploitation ». Un travail qui prend du temps, celui de la nature : « À partir du moment où on met quelque chose en place, on ne voit les résultats que l’année suivante ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1466, du 28 juin 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui