Le Réveil Lozère 31 décembre 2018 à 16h00 | Par Aurélie Pasquelin d'après communiqué

Bilans et projets du PNR Aubrac

Les élus du syndicat mixte d’aménagement et de gestion du parc naturel régional de l’Aubrac se sont réunis le 11 décembre pour le dernier comité syndical de l’année 2018.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Officiellement créé le 23 mai dernier, le dernier né des parcs naturels régionaux de France s’est réuni mardi 11 décembre pour un comité syndical un peu particulier. Profitant du classement du PNR Aubrac et donc des possibilités croissantes pour lui de s’engager sur plusieurs sujets, les participants à la réunion ont pu aborder plusieurs points importants pour l’avenir de la structure. Ainsi, ils ont choisi le village d’Aubrac comme lieu d’implantation de la future maison du parc. L’Hôtel des montagnes sera d’ailleurs restauré pour y accueillir les services administratifs et techniques du parc.
Les orientations budgétaires n’ont, pour l’instant pas été définies. « Les éléments présentés seront peaufinés et réexaminés lors du prochain comité syndical en février 2019, précise-t-on au PNR. Toutefois, décision a déjà été prise de maintenir les cotisations des membres au même niveau qu’en 2018. » Dans la même veine, le comité syndical compte bien continuer son œuvre auprès de la maison de l’Aubrac en validant « le principe de la prise en charge des activités développées depuis de longues années ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1491, du 3 janvier, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui