Le Réveil Lozère 15 novembre 2017 à 08h00 | Par FDC48

Bilan des comptages cerfs par écoute du brame 2017

L’automne 2017 tire à sa fin. L’occasion de tirer le bilan d’un certain nombre d’opérations, comme les comptages au brame.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDC48

L’objectif de cette méthode mise en œuvre tous les ans, à l’automne, par la fédération des chasseurs de la Lozère est de dégager une tendance de variation des effectifs de cerfs bramant par massif. Le principe est de dénombrer le nombre de cerfs bramant sur une zone donnée tout en sachant qu’il est impossible de recenser avec certitude la totalité des individus et que cet « indice brame » reste un élément chiffré dont il faut tenir compte avec du recul. Les données collectées sont interprétées d’après une moyenne des cerfs entendus et un calcul de l’intervalle de confiance.

800 observateurs
Les 14 soirées de l’édition 2017 se sont réalisées dans de très bonnes conditions météorologiques, ce qui est assez rare à cette époque. Une participation forte avec plus de 800 observateurs ont pu comptabiliser un minimum de 620 cerfs bramant, à l’échelle des neuf massifs forestiers suivis cette année. Une coordination qui s’est appuyée sur un partenariat solide et grâce à l’appui notamment de l’ONF, de l’ONCFS, du parc national des Cévennes et du groupement des lieutenants de louveterie.

 

 

Suite de l'article à lire dans le numéro 1434 du 16 novembre 2017 en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.