MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 04 décembre 2019 à 10h00 | Par Agrafil

Bien-être animal : le Cese pousse à l’étiquetage

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans un avis présenté en plénière le 27 novembre, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) propose de créer un « étiquetage contrôlé par les pouvoirs publics pour fournir une information claire quant aux conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux ». L’assemblée consultative suggère ainsi un « diagnostic » de l’initiative « Étiquette bien-être animal » (lancée par le distributeur Casino et les ONG CIWF, OABA et LFDA), « en vue de lui accorder une reconnaissance officielle pour en élargir l’usage ». « Il s’avère difficile pour les consommatrices et les consommateurs de connaître avec certitude les conditions d’élevage des animaux », précise l’avis. Présenté par les rapporteures Anne Garreta (CGT) et Marie-Noëlle Orain (personnalité associée), l’avis aborde tous les stades de la filière. Le Cese propose notamment d’intégrer « systématiquement » le bien-être animal dans les accords de libre-échange, « pour interdire les importations de viande qui ne répondent pas aux normes en vigueur en Europe ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Maintenir les marchés, c’est conserver le lien de confiance entre les producteurs et les consommateurs. Ces derniers doivent pouvoir continuer à s’approvisionner en produits frais au plus près de chez eux

ont dit dans un communiqué de presse commun les chambres d’agriculture, les JA, la FNSEA, le service Bienvenue à la ferme et Marchés de France. Une déclaration qui fait suite au discours d’Édouard Philippe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui