Le Réveil Lozère 04 avril 2018 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

BFA, une filière qui se développe

Mis à l’honneur par les Jeunes agriculteurs pour leur concours de cuisine De la Botte à la Toque, le Bœuf fermier Aubrac permet à plusieurs éleveurs lozériens de valoriser un peu mieux une partie de leur production. Reportage chez Élodie Joubert, agricultrice à Termes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Élodie Joubert et Églantine, huit ans.
Élodie Joubert et Églantine, huit ans. - © Aurélie Pasquelin

Installée en Gaec familial depuis le 1er mai 2016, au Cheylard, sur la commune de Termes, Élodie Joubert élève 80 vaches Aubrac. En plus des croisés Aubrac-Charolais et de la viande classique, la jeune agricultrice et ses deux associés valorisent chaque année cinq à six animaux en Label Rouge Bœuf fermier Aubrac. « Mon père faisait des BFA bien avant que je ne m’installe, explique Élodie Joubert. C’est une filière qui nous permet de valoriser au mieux nos animaux sans pour autant changer énormément nos habitudes puisque la plupart des points du cahier des charges correspondent déjà à notre façon de travailler. » Pourtant, le cahier des charges du label est très précis : les vaches de race Aubrac pures doivent être engraissées au moins quatre mois et être âgées de moins de dix ans au moment de l’abattage. Elles doivent être nourries à l’herbe et au foin, sans maïs, sans OGM et sans ensilage. Elles doivent aussi être élevées à plus de 800 mètres d’altitude ou transhumer une partie de l’année sur des terres situées en altitude.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1454, du 5 avril 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.