Le Réveil Lozère 24 octobre 2018 à 10h00 | Par Cyrielle Delisle

Betterave fourragère : la valoriser au pâturage

La diversité de l’offre variétale autorise la valorisation de cette culture au pâturage. Cette pratique économique nécessite des variétés adaptées et des précautions dans sa conduite.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le pâturage des betteraves est souvent pratiqué à partir du mois d’août afin de pallier le manque d’herbe à cette période et se poursuit en automne.
Le pâturage des betteraves est souvent pratiqué à partir du mois d’août afin de pallier le manque d’herbe à cette période et se poursuit en automne. - © C. Delisle

En France, après des années de diminution des surfaces de betteraves fourragères, cette culture connaît de nouveau un regain d’intérêt chez les éleveurs. Ainsi, les ventes de semences de betteraves fourragères ont progressé de 20 % ces cinq dernières années. « La diversité de l’offre variétale favorise des utilisations variées, dans différents types de rations et de systèmes d’élevages, incluant la valorisation de cette culture au pâturage. Cette pratique économique nécessite des variétés adaptées en termes de teneur en matière sèche (MS) et des précautions particulières dans sa conduite. Cette culture présente une stabilité des rendements et de la qualité même en mauvaise année climatique, assurant une sécurisation du système d’élevage. Ses avantages zootechniques permettent des économies du coût alimentaire mais également une amélioration de la qualité des produits animaux, en complétant et en diversifiant les rations animales », remarque Alexandre Carré, animateur de l’ADBFM (association pour le développement de la betterave fourragère monogerme).

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1481, du 25 octobre 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui