Le Réveil Lozère 03 avril 2019 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Bertrand Vincent, un nouveau directeur au parcours atypique

Depuis le début de l’année, Bertrand Vincent est à la tête de la chambre d’agriculture de Lozère. Rencontre avec le nouveau directeur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Vous êtes officiellement, depuis le 1er janvier, le nouveau directeur de la chambre d’agriculture de Lozère, remplaçant ainsi Francis Chabalier en poste depuis plus de vingt ans. Comment c’est passé la transition ?
Le passage de flambeau ne s’est pas fait en un jour. En décembre, je venais de façon épisodique pour m’entretenir avec Francis Chabalier et pour apprendre le fonctionnement de la chambre d’agriculture de Lozère. Depuis le début de l’année, je suis en poste mais Francis ne m’a, pour autant, pas abandonné. Si j’ai des questions sur tel ou tel sujet, je sais que je peux l’appeler pour lui demander conseil. Comme vous l’avez dit, il est resté en poste depuis plus de vingt ans, son expérience est donc précieuse. Je n’ai pas la même analyse qu’un Lozérien resté en poste vingt ans et je n’ai pas la prétention de l’avoir. Je ne remplace pas Francis, je lui succède. Je n’ai pas la même connaissance de la Lozère mais ayant travaillé dans d’autres territoires, d’autres postes et même d’autres pays, j’espère apporter autre chose.

Justement, quel est votre parcours ?
De formation, je suis ingénieur agronome. Cependant, au fil des années, j’ai pris l’habitude de continuer à me former pour ajouter d’autres cordes à mon arc. J’ai donc aussi un master en économie et management. Pendant treize ans, j’ai travaillé au développement agricole international notamment en Afrique. Ensuite, je suis rentré en Europe pour travailler aux nations unies, à Bonn, en Allemagne. Là je travaillais sur la lutte contre la désertification.

 

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1504, du 4 avril 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui