Le Réveil Lozère 30 avril 2019 à 11h00 | Par FDSEA-CerFrance Lozère

Bercy répond positivement à la FNSEA

Les retard des versements Pac ont des conséquences sur le régime d'imposition au 1er janvier 2019 des agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis 2015, les retards de paiements relatifs aux aides Pac n'ont cessé de s'accumuler quand bien même des avances de trésorerie remboursable (ATR) ont été mises en place pour certaines aides. Ces paiements tardifs entraînent des conséquences sur la fiscalité des exploitants agricoles et tout particulièrement pour les exploitants imposés au régime fiscal du micro-BA les conduisant à changer de régime fiscal en « passant » au bénéfice réel suite au dépassement des seuils de recettes (notion d'encaissement).
En effet le versement différé de ces aides pouvait également entraîner un passage injustifié au régime réel, dès le 1er janvier 2019, pour quelques exploitants alors même que leur activité agricole ne serait pas sensiblement modifiée et dû seulement au cumul de versement d'aides demandées au titre des campagnes précédentes. Plus particulièrement, dès 2019, ce changement de régime résulterait principalement du versement de l'acompte des aides du premier pilier de la Pac accordées au titre de l'année 2018. Le rattrapage du versement des aides MAEC (mesures agro-environnementales et climatiques) et des aides à l'agriculture biologique remontant depuis la campagne 2015 entrainerait également, faute de mesures de tolérance, un passage au régime réel pour bon nombre d'exploitants dès le 1er janvier 2020.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1508, du 2 mai 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui