Le Réveil Lozère 28 novembre 2018 à 15h00 | Par Actuagri

Baisse de la consommation et de l'exposition aux antibiotiques en filière animale

En 2017, le volume total des ventes d'antibiotiques à usage vétérinaire a diminué de 5,9 % par rapport à 2016 et le niveau d'exposition des animaux aux antibiotiques, a quant à lui baissé de 3,6 %. Ces très bons résultats de la filière animale sont accompagnés d'une baisse de l'antibiorésistance dans les filières étudiées par le réseau Résapath.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La surconsommation d'antibiotiques, notamment en filière animale, fait partie des facteurs favorisant l'apparition de l'antibiorésistance. En France, en 2017, d'après les chiffres présentés par Delphine Urban de l'Agence nationale du médicament vétérinaire, le volume total des ventes d'antibiotiques à usage vétérinaire a diminué de 5,9 % par rapport à 2016, pour s'établir à 499 tonnes. Il s'agit du tonnage le plus faible depuis le début du suivi des ventes en 1999 (1 311 tonnes). Les volumes ont diminué de 45,2 % depuis 2011.
Cette évolution témoigne donc des efforts fournis par la filière animale, depuis la mise en place du premier plan Écoantibio (2012-2016) qui avait pour objectif de réduire de 25 % l'usage des antibiotiques sur cette période. Finalement, c'est une baisse de 37 % qui a été enregistrée. Cette diminution est principalement imputable à une baisse des ventes d'antibiotiques administrés par voie orale. « Les résultats du plan Écoantibio sont très encourageants et doivent nous inciter à maintenir les efforts consentis par tous les acteurs », s'est félicité Patrick Dehaumont, le directeur général de l'alimentation.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1486, du 29 novembre 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui