Le Réveil Lozère 19 mars 2014 à 08h00 | Par Émilie Wood

Aviculture - Le rendez-vous des passionnés avicoles à Saint-Chély-d’Apcher

Du vendredi 14 mars au dimanche 16 mars, le club avicole lozérien organisait son exposition annuelle à la halle au sports de Saint-Chély d’Apcher. Avec 954 animaux, 150 de plus que l’année dernière, l’opération a été un succès.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Jacques Demarie, éleveur et secrétaire du club, et Monique Ayrald, éleveuse et présidente du club. © Émilie Wood  © Émilie Wood  © Émilie Wood  © Émilie Wood  © Émilie Wood  © Émilie Wood  © Émilie Wood  © Émilie Wood  © Émilie Wood

Pour exposer ici, il fallait être un grand passionné de lapins, de pigeons ou de poules, de canards ou de cailles. Car l’aviculture, on n’en vit pas. C’est ce qu’explique Monique Ayrald, présidente du club avicole lozérien qui compte une quarantaine d’adhérants passionnés, propriétaires de lapins, de poules, de pigeons, de canards… des bêtes de compétition. « C’est de plus en plus difficile financièrement, il faut être vraiment passionné par l’élevage pour continuer à en faire. Notre but avec cette exposition, c’est de promouvoir des races souvent mal connues. » Avec 105 éleveurs exposant 954 bêtes cette année - 150 de plus que l’année dernière - les visiteurs ont pu venir admirer 330 pigeons, 300 lapins et des volailles.

À lire dans le Réveil Lozère n° 1251 du 20 mars 2014, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui