MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 13 mai 2020 à 09h00 | Par Sophie Chatenet

Aux origines du savon de Marseille

Largement plébiscité en ces temps où le lavage des mains est la première des mesures barrières, le savon de Marseille a traversé le temps. Souvent copié mais jamais égalé, il reste un indispensable de nos foyers. À Marseille, le musée qui lui est dédié retrace son histoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La savonnerie de la Licorne retrace l'histoire et la fabrication du savon de Marseille.
La savonnerie de la Licorne retrace l'histoire et la fabrication du savon de Marseille. - © Savonnerie de la licorne

Aux origines du savon de Marseille, il y a d’abord le savon tout court dont les recettes auraient été délivrées sur des papyrus par les Égyptiens. Plus loin encore, 2 000 ans avant JC, des tablettes d’argile écrites en Sumérien mentionnaient l’utilisation d’une sorte de « pâte de savon » pour préparer la laine avant teinture en Mésopotamie. Si les Gaulois ont été les premiers à démarrer intentionnellement la fabrication de savon dur, à base de suif de chèvre et de la potasse de cendres de hêtre, c’est dans le bassin méditerranéen que va très rapidement se développer la savonnerie. En effet, la Syrie voit naître le fameux savon d’Alep composé d’huile d’olive et d’huile de baies de laurier, de sel, de soude et d’eau. Lors des croisades, le savon d’Alep, l’ancêtre du savon de Marseille, arrive sur les côtes marseillaises : le savon de Marseille est né. À partir du xiie siècle, les premières savonneries apparaissent tout d’abord à Toulon puis à Marseille. Au xvie et xviie siècle, l’industrie se développe et s’organise grâce notamment à l’Edit de Colbert qui en 1688, réglemente la fabrication du savon de Marseille et protège les savonneries marseillaises au détriment des toulonnaises. Le texte précise la composition du produit en mettant en avant les matières premières locales : l’huile d’olive pure provenant de Provence ainsi que le sel et la soude directement acheminés de Camargue. Colbert interdit formellement le suif. En effet, le suif compromet la qualité du savon et abîme le linge. Or, à l’époque, le savon de Marseille était essentiellement utilisé par les blanchisseuses et lavandières de métier pour la blanchisserie.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1560, du 14 mai 2020, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le marché de l’ultra-frais progresse de 16,1 % en volume et de 13,9 % en valeur dans la distribution grand public sur la période du 15 mars au 19 avril 2020

témoigne Syndifrais (transformateurs de produits laitiers frais), dans un communiqué du 20 mai.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui