Le Réveil Lozère 13 juin 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Aux Ayres, le mouton est mis à l'honneur

Moment particulier pour les Cévennes, la fête de la transhumance des Ayres avait lieu cette année le samedi 10 juin. Au programme : démonstration de tonte, concert et la traditionnelle arrivée du troupeau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le troupeau est arrivé aux alentours de 11 h 30. (© Aurélie Pasquelin) Emmanuel Didillon est venu faire une démonstration de tonte. © Aurélie Pasquelin  © Aurélie Pasquelin

Il est près de 11 h 30, lorsque le troupeau arrive aux Ayres. La foule se presse alors autour des animaux fatigués par la marche et la chaleur. Car il ne faut pas s'y tromper, si une centaine de curieux ont fait le déplacement en ce samedi 10 juin, c'est bien pour admirer les moutons et acclamer Jean-Paul Ebrard, le berger, accompagné de ses aides-bergers. « Depuis que j'aide à la transhumance, nous nous sommes toujours arrêtés ici », confie René Hurué aide-berger depuis près de trente ans. En effet, c'est sur le passage du troupeau que s'est créé la fête de la Transhumance. « Petit à petit, les écoles et les offices du tourisme sont venus nous voir aux Ayres, se souvient ce mordu de moutons. Des gens ont voulu nous suivre le temps d'une journée et ensuite de fil en aiguille, une fête s'est créée. »

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1414, du 15 juin 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.