Le Réveil Lozère 10 janvier 2018 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Autosysel, un outil web conçu pour plus d’autonomie

L’Institut de l’élevage et les partenaires du projet Autosysel viennent de lancer un outil en ligne visant à aider les éleveurs à trouver les chemins de l’autonomie alimentaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Idele

Le programme Autosysel, coordonné par l’Institut de l’élevage en collaboration avec les chambres d’agriculture et soutenu par la CNE a été lancé en 2015. Son objectif : capitaliser les acquis disponibles, consolider les connaissances jugées encore trop partielles et tester des pistes d’innovations considérées comme prometteuses sur la thématique de l’autonomie fourragère et protéique. Le Sommet de l’élevage a été l’occasion de lancer la plateforme web Autosysel, une des actions emblématiques de ce programme. Cet outil vise à aider les éleveurs à « trouver les chemins de l’autonomie alimentaire » et comporte trois volets. Il propose un diagnostic très rapide pour évaluer son niveau d’autonomie (massique), mais aussi des leviers techniques pour améliorer l’autonomie alimentaire de son élevage. Une dernière rubrique propose des liens vers des outils et des contacts permettant d’aller plus loin avec des partenaires locaux (à l’échelle du département). Il est par ailleurs simple d’utilisation et permet une personnalisation des réponses.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1442, du 11 janvier 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.