Le Réveil Lozère 22 janvier 2014 à 08h00 | Par Emilie Wood en collaboration avec Nathalie Rivemale, Chambre d'agriculture

Automatisation - Mettre en place un distributeur automatique de concentré pour brebis laitières

Depuis 2011, un nouveau procédé révolutionne les salles de traite pour les brebis laitières. Il s’agit des Dac (distributeurs automatiques de concentrés.) En Lozère, quelques éleveurs ont franchi le cap, et les résultats sont au rendez-vous.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hervé Mirman utilise le Dac depuis un an.
Hervé Mirman utilise le Dac depuis un an. - © Emilie Wood

Un distributeur automatique de concentré, ou Dac, est un instrument mis en place dans les salles de traite automatisées qui a le potentiel de révolutionner une exploitation. Grâce à un logiciel valorisant les données du contrôle laitier qui permet une mise en lots virtuels des brebis en fonction de leur résultats, l’éleveur limite le gaspillage de concentré et réalise des économies non négligeables.

Outre le facteur économie, le Dac permet de gagner un temps précieux en termes de mise en lots physiques des brebis. Bien entendu, pour un éleveur qui n’avait pas encore de système de traite automatisé, comme Hervé Mirman, éleveur de brebis laitières à Saint-Bauzille au sein du Gaec Rouffiac, le changement est encore plus fulgurant. « L’année dernière, j’ai installé cette nouvelle machine à traire, une nouvelle contention, ainsi que l’automate qui gère l’entrée des brebis, le décrochage automatique et le Dac. La contention, le Dac et le décrochage m’ont coûté 37 000 € (sans la machine à traire), pour 24 postes. Le gain de temps est énorme : avant, nous étions deux pour la traite, matin et soir, et nous en avions pour une heure et demie. Aujourd’hui, je peux dire que j’ai économisé l’équivalent d’un mi-temps. En une heure, une personne seule peut traire les 400 brebis. » En effet, il fallait aussi acheminer la ration à la main, seau par seau. Aujourd’hui, la ration arrive directement dans une trémie avant d’être distribuée dans chaque jauge. Il ne reste plus qu’à brancher les brebis. Le décrochage est automatique et respecte le temps de traite enregistré préalablement dans l’automate, qui peut être adapté à chaque animal.

Sur une année, Hervé a économisé trois tonnes de tourteau. « Avec le recul, j’ai l’impression que l’ancien système, c’était le bagne. En tout cas je n’aurai pas envie de retourner en arrière. Jusqu’à 500 brebis, ce système offre un excellent rapport qualité prix, pas besoin de plus. »

Il existe également des systèmes rotatifs, plus coûteux, qui permettent de gérer des effectifs de brebis plus importants. Ils sont parfois choisi lorsque la forme de la salle de traite s’y prête mieux.

Suite à lire dans le Réveil Lozère N°1243 du jeudi 23 janvier 2014, page 11.

- © Emilie Wood
- © Emilie Wood

Résultats du Gaec Rouffiac

Après une année d’utilisation du nouveau système de Dac, le Gaec Rouffiac a pu économiser 21 kg de concentrés par brebis, dont 9kg de complémentaire azoté et 12 kg de céréales (auto-produit) par brebis. En 2013, la marge a progressé de 15 € par rapport à 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui