Le Réveil Lozère 11 juillet 2018 à 11h00 | Par Adapefa

Aujourd'hui apprenti(e), demain agriculteur

Se former tout en travaillant est possible grâce à l'apprentissage. Cette alternative permet d'allier théorie et mise en pratique directe. Tanguy, âgé de 18 ans a opté pour cette option. Retour d'expérience.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Apprendre autrement aujourd'hui c'est possible grâce à l'apprentissage, du CAP jusqu'à un niveau Bac+3. Ce concept d'alterner formation et travail en entreprise est possible à partir de 15 ans. Le planning avec les fréquences d'apprentissage « théoriques » et « techniques » est élaboré par le centre de formation pour apprentis et l'entreprise d'accueil. L'apprenti(e) bénéficie des avantages du statut étudiant tout en étant salarié(e) à part entière.
Il est possible d'étudier de cette manière lorsque l'on a entre 15 et 30 ans en Occitanie. La rémunération perçue représente alors un pourcentage du Smic qui est calculé en fonction de l'âge et du niveau de formation de l'apprenti(e).
À 18 ans, Tanguy Bessède est en CAPa métiers de l'agriculture au CFA agricole de Marvejols et souhaite évoluer vers un brevet professionnel responsable d'exploitation agricole (BPREA). Issu du monde agricole, Tanguy a toujours travaillé sur l'exploitation familiale. L'apprentissage est pour lui un réel moyen d'allier la « pratique » à la « théorie ». Rencontre avec l'intéressé.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1468, du 12 juillet 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui