Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 à 10h00 | Par IL, AJ, YG

Atterrissage difficile pour le gouvernement

Le gouvernement a présenté, le 20 décembre, des mesures d’extension des zones de non-traitement (ZNT) qui suscitent l’insatisfaction de l’ensemble des parties prenantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Conseil d’État, saisi par les associations Générations futures et Eaux et rivière de Bretagne, était clair dans sa décision de juin 2019. Le gouvernement devait « prendre les mesures réglementaires » pour protéger les riverains face aux utilisations de produits phytosanitaires. Les sages avaient même annulé, par cette même décision, l’arrêté du 4 mai 2017, « relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques ». Dès la rentrée de septembre, le ministère de la Transition écologie lance alors une consultation publique sur de nouveaux projets de textes officiels.
Le 8 décembre suivant, plus de deux mois après la fin de la consultation, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministère de l’Environnement, se montre confiante au micro de France Info : « Nous rendrons une décision d’ici la fin du mois de décembre. » Ce jour-là, la secrétaire d’État dévoile même les contours des textes finaux : « Nous avons dit entre trois, cinq et dix mètres et donc on sera probablement dans cet ordre de grandeur là ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1542, du 09 janvier 2020, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui