Le Réveil Lozère 17 janvier 2018 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Attention aux risques de chutes (partie 2 : des situations à risques)

Les chutes de hauteur représentent la troisième cause d’accidents mortels en agriculture. On en compte plus de vingt par jour avec pour conséquence un arrêt d’activité moyen de plus de 90 jours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les chutes de hauteur, c’est aussi les montées et descentes du tracteur !
Les chutes de hauteur, c’est aussi les montées et descentes du tracteur ! - © C. Delisle

Dans le secteur agricole, les chutes de hauteur sont à l’origine de 4 000 accidents du travail par an, soit plus de 10 % d’entre eux et constituent la troisième cause d’accidents du travail mortels des exploitants. L’idéal, pour remédier à cet état de fait, est d’anticiper et de prendre en considération ce risque dès la conception des lieux de travail puis lors d’un changement organisationnel ou technique mais aussi dès l’arrivée d’un nouveau salarié. « Les chutes de hauteur représentent un risque majeur souvent sous-estimé. C’est pourquoi, avant d’envisager un travail en hauteur, il est important de se poser les bonnes questions », souligne Marie-Pierre Dupont, conseillère en prévention.

Quatre questions à se poser
Afin d’évaluer le risque d’une intervention de ce type, il faut s’interroger sur quatre points. Puis-je travailler depuis le sol (est-il possible d’éviter le risque) ? Si non, pouvez-vous mettre en place une installation permanente fixe ? Si non, pouvez-vous utiliser des équipements temporaires mobiles ? Si non, pouvez-vous utiliser des équipements de protection individuelle ?

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1443, du 18 janvier 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous ne pouvons imposer aux pays tiers les conditions d’exportation de nos produits.

s’est exclamé Stéphane Travers, le 7 février au congrès de la Fédération nationale bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui