Le Réveil Lozère 12 décembre 2017 à 08h00 | Par Renaud Saint-André

Attention au froid et aux courants d’air !

Des bâtiments trop volumineux, pas forcément bien ventilés… Les erreurs à ne pas commettre d’un point de vue sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jérôme Delarbre, technicien à la chambre d’agriculture, détecte avec un fumigène les courants d’air dans un bâtiment.
Jérôme Delarbre, technicien à la chambre d’agriculture, détecte avec un fumigène les courants d’air dans un bâtiment. - © Renaud Saint-André

Florence Poret est vétérinaire conseil au GDS 15. Elle met en garde sur des erreurs à ne pas commettre et livre quelques idées pour garder dans un nouveau bâtiment, des animaux en bonne santé.

Selon vous, quelle est la première chose à penser au moment de la conception d’un bâtiment ?
Trop souvent l’éleveur pense d’abord à son confort personnel, que le tracteur puisse passer… Donc souvent on voit apparaître de très gros volumes qui engendrent un mauvais climat à l’intérieur du bâtiment. Il peut s’avérer très froid avec un air chaud qui monte et, si de surcroît il est mal ventilé, il peut être très humide ; un air vicié qui est néfaste à la fois pour les animaux et pour la structure même du bâtiment, les poutres, etc.

Quelles peuvent être les conséquences ?
La fragilité des animaux. Car l’air froid paralyse l’escalator mucociliaire qui permet de remonter les bactéries enfermées dans le mucus. Ces bactéries de type pasteurella descendent plus profond et occasionnent des bronchopneumonies. Si le bâtiment est mal ventilé, s’ajoutent des gaz ammoniaqués toxiques produits par les bouses et les urines, capables, là encore, d’anéantir des barrières naturelles. Ce sont deux facteurs essentiels de dysfonctionnement.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1438, du 14 décembre 2017, en page 14.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui