Le Réveil Lozère 04 avril 2018 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Astaf : 613,53 ha récupérés ou améliorés en 2017

L’Astaf organisait son assemblée des propriétaires vendredi 30 mars à Mende. L’association, qui subit toujours les retards de paiements des services de l’État a néanmoins affiché son soutien aux opérations de reconquête de terres agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis 1963, l’Astaf est conventionnée avec la Safer.
Depuis 1963, l’Astaf est conventionnée avec la Safer. - © Aurélie Pasquelin

Interlocuteur privilégié des communes et des agriculteurs pour l’aménagement pastoral, l’association syndicale autorisée de travaux d’amélioration foncière des communes lozériennes (Astaf) organise tous les ans une assemblée des propriétaires pour faire le point sur l’année écoulée et préparer la prochaine. Pour 2018, l’association organisait son assemblée vendredi 30 mars dans les locaux de la Safer à Mende. Une vingtaine de personnes étaient présentes pour assister au bilan de l’année écoulée.
Sur 2017, les résultats sont là. L’association a « récupéré ou amélioré » 613,53 hectares sur 61 communes du département. Des communes principalement situées dans le nord-est, le sud-ouest et le nord-ouest de la Lozère. « En général, sur les Cévennes, nous avons moins de demandes », confie Philippe Boulet, animateur de l’association. En effet, l’Astaf intervient sur demande des agriculteurs ou des collectivités.
L’association fait alors un devis, monte les dossiers de demandes de subventions, lance des appels d’offres et suit les travaux sur les parcelles. Ainsi en 2017, l’association a suivi 85 adhérents dans leurs projets. Parmi eux on compte : une collectivité, 30 exploitations individuelles, 52 Gaec, une SCEA et un EARL.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1454, du 5 avril 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui