Le Réveil Lozère 01 octobre 2014 à 08h00 | Par Inra

Apprendre l’art de la pente aux vaches

Dans la plupart des élevages français, les vaches pâturent dans des prairies peu pentues, sans broussailles et faciles à exploiter. Grimper une forte pente peut être problématique pour un bovin, ce n’est pas inné. Certains éleveurs, en Savoie notamment, ont fait le choix d’apprendre à leurs animaux l’art de la pente. L’Inra s’est penché sur la question, avec Michel Meuret, directeur de recherche au sein de l’institut.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réveil Lozère

Pourquoi chercher à faire pâturer les vaches sur des terrains pentus et accidentés ?

« La priorité donnée à la production de foin sur terrains peu pentus pour nourrir le troupeau durant les six mois d’hiver passés à l’étable, oblige à faire pâturer les surfaces d’accès plus difficiles, accidentées et pentues. Sur un plan qualitatif, la plupart des cahiers des charges de fromage de montagne en appellation d’origine contrôlée limite l’usage des céréales et aliments d’origine industrielle ; ce qui incite les éleveurs à utiliser davantage les ressources fourragères locales et donc à étendre leurs aires de pâturage. Enfin, les politiques publiques agri-environnementales encouragent financièrement le pâturage sur ces milieux, afin de mieux contrôler les excès d’embroussaillement et donc préserver les habitats de faune et flore sauvages et plus généralement la biodiversité. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 2 octobre 2014.

L'éducation

Partons du principe que les veaux naissent à l’automne. Tous passent l’hiver à l’intérieur. Aux beaux jours, les éleveurs sortent les animaux, alors âgés d’environ sept mois, sur leurs premiers terrains d’apprentissage. Selon les méthodes, le terrain est varié, formé de plats, de côtes, de pré et de bosquets pour habituer les animaux à un terrain irrégulier. Il peut s’agir aussi d’un coteau raide où, entrés le matin par le bas du pré, ils doivent réussir à rejoindre l’abreuvoir placé sur une partie plate en haut du terrain. Les animaux passent le printemps et l’été sur une série de terrains analogues. Puis, retour à l’étable en hiver. Les animaux de deux ans sont menés au printemps et à l’automne sur des terrains pentus (30 % en moyenne), embroussaillés voire boisés. Durant l’été, ils sont mélangés à leurs congénères, plus âgés. L’apprentissage fait le reste.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui