Le Réveil Lozère 31 janvier 2018 à 01h00 | Par AG

Apiculture, le Parlement européen veut mettre de l’ordre dans l’étiquetage

Les eurodéputés de la commission de l’agriculture ont adopté le 23 janvier un rapport qui appelle la Commission européenne et les États membres à s’attaquer aux mélanges de miel et aux produits frelatés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie-Annick Carré

La commission de l’agriculture du Parlement européen a adopté le 23 janvier (par 38 voix contre une) son rapport d’initiative sur les perspectives et défis du secteur apicole de l’UE. Le rapporteur, l’eurodéputé Norbert Erdos (PPE, Hongrie), estime que « la pierre angulaire du texte est l’appel à remplacer l’actuelle étiquette trompeuse “Mélange de miels UE et non UE” par une indication claire du ou des pays dont provient le ou les miels – y compris les pourcentages des différents miels utilisés dans le produit final ». Il propose une harmonisation des contrôles aux frontières, des tests obligatoires pour tous les miels importés et le renforcement des exigences de traçabilité tout au long de la chaîne d’approvisionnement.
L’autre priorité concerne la lutte contre les miels frelatés (souvent frauduleusement mélangés avec des sirops de sucre). Sur ce point, les parlementaires estiment que la Commission européenne devrait développer des procédures d’analyse en laboratoire efficaces et que les États membres devraient imposer des sanctions plus sévères aux contrevenants. L’UE importe environ 200 000 tonnes de miel par an, soit 40 % de sa consommation. Selon une enquête menée par le centre commun de recherche de la Commission, 20 % des échantillons de miels importés ne respectent pas les normes de l’UE.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1445, du 1er février 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.