Le Réveil Lozère 06 décembre 2017 à 08h00 | Par Nancy Sagnet

Anticipation et accompagnement pour une transmission réussie

D’ici huit à dix ans, 988 agriculteurs lozériens seront en âge de partir à la retraite. Pour répondre à cette problématique, la chambre d’agriculture de la Lozère organisait, mardi 28 novembre, un colloque de réflexion sur la transmission.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

À l’heure où 33 % des chefs d’exploitations ont plus de 55 ans, 89 900 ha vont être transmis en Lozère d’ici sept à dix ans. L’enjeu est donc de taille. Pour connaître les éléments clefs de la transmission, un colloque était organisé mardi 28 novembre dans le cadre de la quinzaine de la transmission. Jacques Abadie, maître de conférences en sociologie est intervenu. « Durant ces dernières années, le renouvellement des générations a subi de profonds changements. L’arrivée de la femme dans le métier est un », explique le sociologue. En 1970, seulement 8 % des chefs d’exploitation sont des femmes a contrario en 2010, ces dernières sont 27 %. « On observe de la part des femmes une tendance à se “surdiplômer”afin de s’insérer dans ce milieu très masculin », continue Jacques Abadie. De plus, 30 % des installations aujourd’hui sont des hors-cadre familiaux. « En moyenne, ces candidats s’installent sur des surfaces plus restreintes et à un âge plus tardif que les enfants d’agriculteur, conclut le maître de conférences. Le projet d’installation est porté par une vision plus innovante. La transformation sociale du milieu agricole est nécessaire pour assurer le renouvellement des exploitations rurales. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1437, du 7 décembre 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui