Le Réveil Lozère 13 mars 2019 à 10h00 | Par Propos recueillis par Sophie Chatenet

André Chassaigne : « L’État doit muscler la loi Alimentation »

Loi Alimentation, traçabilité du miel, revalorisation des retraites agricoles…, le député puydomois André Chassaigne (Gauche démocrate et républicaine) est sur tous les fronts. Malgré plusieurs déconvenues, il ne lâche pas l’affaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Chassaigne préside le groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale.
André Chassaigne préside le groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale. - © SC

Quel regard portez-vous sur la loi alimentation, issue des états généraux ? Est-elle selon vous conforme à l’ambition d’une meilleure rémunération des producteurs ?
Je suis actuellement en train de réunir toutes les remontées des organisations professionnelles et syndicales. Les premiers éléments montrent, qu’en l’état, l’objectif de rétablir un prix rémunérateur pour les producteurs, ne sera pas atteint. Il y a eu certes des progrès, avec par exemple, la prise en compte des indicateurs de coûts de production, mais je crains que ces quelques éléments satisfaisants ne suffisent pas. Aujourd’hui, toutes les parties semblent disposées au dialogue, mais qu’en sera-t-il demain ? Si nous n’inscrivons pas des mécanismes plus contraignants dans le texte de loi, cela ne fonctionnera pas. En effet, sur quelles bases l’État interviendra-t-il si cela ne fonctionne pas ? Pour l’heure, nous l’ignorons, car la loi n’est assortie d’aucune contrainte en cas de manquement à l’un des engagements. Dans les prochaines semaines, fort des remontées du terrain, j’interpellerais le ministre de l’Agriculture. À ce stade, l’État doit absolument aller plus loin pour muscler cette loi faute d’en amoindrir considérablement sa portée.


Votre proposition de loi sur la traçabilité du miel avait été intégrée dans le texte final de loi Alimentation, mais, elle a finalement été censurée par Conseil constitutionnel en fin d’année. Comment comptez-vous rebondir ?
En amont de la loi Égalim, effectivement, j’ai souhaité porter une proposition de loi sur la traçabilité du miel, étant donné le flou qui entoure l’étiquetage de bon nombre de produits.

 

 

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1501, du 14 mars 2019, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui