Le Réveil Lozère 27 juin 2018 à 10h00 | Par P. Dumont

Améliorer la conservation des fruits et légumes grâce à la lumière pulsée

Après la récolte, de nombreux pathogènes menacent les fruits et les légumes. Pour les éradiquer et améliorer la durée de conservation, l'entreprise Sanodev, basée à Limoges, a imaginé un nouveau système de désinfection par lumière pulsée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Lancé en 2014, le concours « Innovations pour l'agriculture » récompense les entreprises aux projets innovants et tournés vers l'agriculture. C'est au Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine que les lauréats 2018 ont été récompensés. Parmi eux, l'entreprise limougeaude Sanodev, pour son projet de désinfection des fruits et légumes par lumière pulsée. « Ce troisième prix va nous aider à financer le dépôt de brevet », confiait alors la dirigeante de l'entreprise, Laure Sandoval. Créée en 2013, la société Sanodev est spécialisée dans la désinfection. UV, micro-ondes, arc électrique, l'entreprise utilise différentes technologies et développe elle-même les appareils qui les intègrent. Son objectif est d'adapter ces technologies à différentes problématiques. « L'évolution des aspirations des consommateurs et la réglementation toujours plus stricte, nous ont convaincus que le secteur de l'agroalimentaire pouvait être intéressé par les procédés que nous développons », explique Laure Sandoval. Depuis un an et demi, quatre personnes sont mobilisées sur le projet de désinfection des fruits et légumes par la lumière pulsée, avec de nombreux partenaires, en particulier la coopérative fruitière Limdor.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1466, du 28 juin 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui