Le Réveil Lozère 26 avril 2016 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Aller vers des relations commerciales plus équitables

Adoptée en 2008, la loi de modernisation de l’économie (LME) a libéralisé le contexte de concurrence pour les grandes surfaces et leurs relations avec les fournisseurs. Et pénalisé, le monde agricole en tant que fournisseur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’objectif premier de la LME était de libéraliser les relations commerciales.
L’objectif premier de la LME était de libéraliser les relations commerciales. - © A.Clément

L’objectif numéro un consistait à libéraliser les relations commerciales : moins il y aurait d’entraves, plus le marché jouerait et plus les menaces de hausses de prix, qui semblaient apparaître à l’époque, seraient jugulées. C’est d’ailleurs à cette époque que le ministère de l’Économie intime aux professionnels du lait l’ordre de mettre fin à leurs accords trimestriels destinés à définir les tendances de prix payés aux producteurs. Le principal dispositif inclus dans la LME consistait à concentrer, dans le prix négocié, l’ensemble des aspects concernant les relations entre fournisseurs et distributeurs. Dans le système antérieur, « l’acheteur était enfermé dans les conditions générales de vente du fournisseur (CGV) », indique Francis Armand, médiateur des relations commerciales. Si un distributeur demandait des conditions sortant des CGV, le fournisseur pouvait invoquer l’existence d’une discrimination pour les refuser. Face à toutes ces limitations, le distributeur ne pouvait diminuer le coût de ses achats qu’en facturant des services annexes (marges arrières). Le distributeur ne pouvant pas négocier sur les prix des produits, il se rattrapait sur ces derniers.

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 28 avril 2016, numéro 1357.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui