Le Réveil Lozère 05 février 2014 à 08h00 | Par Emilie Wood

Aides - Sortir de l’impasse avec Agir ensemble

Le dispositif Agir ensemble, assuré par la chambre d’agriculture, la MSA et le Cerfrance, a pour but d’identifier les exploitants fragilisés et de les accompagner. Que ce soit pour répondre à des besoins techniques, économiques ou sociaux, conseils et assistance sont proposés afin de sortir les agriculteurs de l’impasse dans laquelle ils peuvent se trouver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
David Folcher, conseiller Chambre d’agriculture et Sophie Mercey, assistante sociale à la MSA, visitent la bergerie de Thierry Tichit, en compagnie de son épouse et de leur fils.
David Folcher, conseiller Chambre d’agriculture et Sophie Mercey, assistante sociale à la MSA, visitent la bergerie de Thierry Tichit, en compagnie de son épouse et de leur fils. - © Emilie Wood

Tout allait pour le mieux pour Thierry Tichit, éleveur d’une petite structure en ovins et bovins viande, installé en individuel depuis 2004 à Vitrolles, Rieutort-de-Randon, jusqu’au jour où il fut victime d’une arnaque. Afin de faire construire une nouvelle bergerie en 2007, il fit appel à une société. Cette dernière lui demanda un acompte de 9 000 €… et ferma boutique, sans construire la bergerie. « Ils ont encaissé le chèque alors qu’ils savaient pertinemment qu’ils ne construiraient pas le bâtiment » explique Thierry, amer. Le déséquilibre que cela provoqua dans la trésorerie de son exploitation empira en raison de la sécheresse de cette même année, qui le frappa de plein fouet d’autant qu’il n’était pas à l’époque autonome en fourrage. En 2008, il se rendit à l’évidence : il lui fallait de l’aide. Un voisin lui conseilla de se déclarer en tant qu’agriculteur en difficulté. Ce qu’il fit en 2009.

Les aléas de la vie sont multiples : aux accidents de la vie tels qu’une maladie, un accident du travail, un deuil, une dépression, peuvent s’ajouter des soucis particuliers pour les agriculteurs : aléas climatiques, problèmes sanitaires, erreurs de gestion, qui fragilisent parfois durablement l’exploitation. Les raisons sont multiples pour qu’une exploitation jusqu’alors viable perde son équilibre. Agir ensemble a été mis en place afin de remédier aux diverses situations dans lesquelles les agriculteurs se sentent bloqués.

Suite de l'article à lire sur le Réveil Lozère N°1245 de jeudi 6 février 2014, page 4.

Agir ensemble, un dispositif à péréniser
Le dispositif Agir ensemble, créé en 2012 par la Chambre d’agriculture, la MSA et le Cerfrance, suite à la sécheresse de l’année précédente et à la demande du préfet, vient compléter le dispositif Agridiff qui existait déjà. Une centaine d’agriculteurs en bénéficient actuellement en Lozère. Financé en grande partie en 2012 et 2013 avec l’appui du Conseil général de Lozère et le Fond Social Européen (FSE), le dispositif est menacé en 2014. En effet le FSE ne semble plus mobilisable. Les partenaires du dispositif souhaitent néanmoins poursuivre cette action afin de permettre aux agriculteurs de dépasser leurs difficultés. D’autres financements sont recherchés.
Pour soliciter le dispositif, les agriculteurs lozériens peuvent composer le numéro vert : 0800 00 89 50, écrire à agir.ensemble@lozere.chambagri.fr ou tout simplement en parler avec une assistante sociale, leur comptable ou leur conseiller à la chambre d’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui