Le Réveil Lozère 30 janvier 2019 à 11h00 | Par Chambre d'agriculture 48

Aides ovines ou caprines, préparez les contrôles

Anomalies d’identifications, absence ou incomplétude des documents obligatoires… autant de points qui peuvent poser problème lors d’un contrôle pour les aides ovines ou caprines. Pour se préparer, voici quelques pistes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Idele

Les contrôles aides ovines et caprines en Lozère conservent des taux d’anomalie relativement importants. Bien souvent, ce n’est pas le maintien de l’effectif déclaré pendant la période de détention obligatoire qui pose problème mais des anomalies de notification de remplacement des animaux éligibles, des anomalies d’identification des animaux ou l’absence ou l’incomplétude des documents obligatoires. L’objectif de cet article de rappel concernant les obligations en matière d’identification ovine et caprine est de faire le point sur les principales causes de pénalités, de préparer un contrôle et de limiter « vos chances » de faire l’objet d’un contrôle orienté.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1495, du 31 janvier, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui