Le Réveil Lozère 07 août 2019 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

Agroéquipement : remédier à la pénurie de main-d’œuvre

Si le marché français des agroéquipements est en croissance, les industriels du secteur peinent à recruter. Ce sujet a été au cœur des Universités d’été de l’Aprodema, organisées en juillet dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le groupe Pellenc a accueilli les universités d’été de l’Aprodema.
Le groupe Pellenc a accueilli les universités d’été de l’Aprodema. - © DR

Créée en 1986, l’Aprodema, association pour la promotion des métiers et des formations en Agroéquipement, est une association regroupant les constructeurs, les importateurs, les utilisateurs de machines pour l’agriculture, la forêt et les espaces verts. Après l’Auvergne et Michelin, en 2018, l’association a tenu ses universités d’été en juillet dans le Vaucluse chez le groupe Pellenc. Au cœur de ce rendez-vous, la problématique de recrutement du secteur. En effet, 7 000 emplois restent non pourvus chaque année, faute de candidats suffisamment formés et informés. En 2018, 56 % des adhérents Axema (Union des industriels de l’agroéquipement) déclaraient avoir des difficultés à recruter, alors que les besoins en personnel ont progressé de 2,1 % dopés par un marché des agroéquipements neufs en progression de 6,5 %. Une hausse de 2,3 % est attendue en 2019, ce qui représente 450 recrutements nets.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui