Le Réveil Lozère 05 juillet 2017 à 08h00 | Par Actuagri

Agriculteurs et coureurs cyclistes : mêmes combats

Interview de Bernard Hinault.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

En 2008, la FNSEA proposait à ASO (Amaury sport organisation), la société organisatrice du Tour de France de mettre sur pied, sur le parcours de la grande boucle, un concours de créations dans les champs : « Les agriculteurs aiment le Tour ». Cette année encore, ASO et la FNSEA continuent leur partenariat. Cette fois-ci, la FNSEA suggère aux FDSEA situées sur le parcours du tour de réaliser des « montres » dans les champs. Une occasion d’interroger Bernard Hinault, quintuple vainqueur du Tour de France, ancien responsable des relations publiques de la grande boucle, et agriculteur à la retraite sur sa vision des choses.

Que pensez-vous de la relation entre le Tour de France et les agriculteurs ?
Les agriculteurs sont ceux qui façonnent le paysage de la France. Ce sont eux aussi qui l’entretiennent et ils savent le faire ! Leur métier est très dur. C’est la même chose pour le métier de coureur cycliste. Agriculteurs et coureurs cyclistes se retrouvent à affronter les conditions climatiques.

Est-ce que vous pensez que l’on pourrait aller plus loin dans cette synergie Tour de France-agriculteurs-agriculture ?
Je ne sais pas. C’est déjà magnifique ce qui a été fait avec ce concours de visuels qui va fêter ses dix ans ! Et puis avec des dessins créés par les agriculteurs qui sont de plus en plus beaux. C’est génial. Peut-être peut-on rajouter des dégustations de produits au départ, ou en cours de route, ou bien à l’arrivée ?

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1417, du 6 juillet 2017, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le président a souhaité nous demander de continuer à mettre la pression. La pression sur les filières, la pression sur la grande distribution.

a lancé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, à la sortie du Conseil des ministres du 21 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui