Le Réveil Lozère 02 décembre 2015 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Agriculteurs et chasseurs sur le terrain pour faire face aux dégâts de sangliers

Sur le versant sud du mont Lozère, les dégâts de sangliers sont un problème récurrent depuis une quinzaine d’années. Ces derniers temps, le problème a pris une ampleur de nature à remettre en cause l’activité herbagère et d’élevage pastoral.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FNC

FDSEA et JA de Lozère ont convié les principaux acteurs de la chasse à une réunion sur le terrain, vendredi 27 novembre, chez Jean-Claude Molines à Villeneuve prés du Pont-de-Montvert, pour discuter des solutions à envisager. Ce territoire, partie intégrante de la zone classée au patrimoine mondial de l’Unesco subi, tout comme les Cévennes, les calamités que cause une population de sangliers hors de contrôle. De façon générale, c’est tout le sud de la Lozère qui est concerné. Autre sujet : le schéma départemental de gestion cynégétique (SDGC). Ce rendez-vous était aussi l’occasion d’aborder la prochaine réunion se tenant sur le sujet début décembre. Institué par la loi chasse de 2000, ce document cadre est prévu dans chaque département de France. Il décline l’ensemble de la politique fédérale en matière de gestion de la faune sauvage et de ses habitats.En Lozère, dégâts, agrainage et chasse en temps de neige font partie des problématiques. Le deuxième SDGC de la Lozère a été approuvé par arrêté préfectoral le 10 janvier 2014. Concernant les dégâts, le phénomène est complexe. Ils varient en fonction des densités de populations et de la pression de chasse, mais aussi en fonction de facteurs variant dans le temps et dans l’espace : les conditions climatiques, la répartition des disponibilités alimentaires et les barèmes d’indemnisations des dégâts. À ce jour, il n’existe aucune méthode scientifiquement validée pour suivre les populations de sanglier. Donc, pour l’instant, estimer une population de sangliers est impossible. En revanche, l’évolution du tableau de chasse, d’année en année, et selon les pays cynégétiques, permet de dégager des tendances d’évolution des populations. Du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015 (dernier exercice clôturé), le montant de l’indemnisation des dégâts était de 186 000 euros. À titre indicatif, il était de 220 000 euros en 2010-2011 et 2011-2012. Par ailleurs, il faut compter environ 40 000 euros par an de préventions des dégâts.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 3 décembre 2015, numéro 1336.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Daniel (48) | 02 décembre 2015 à 20:52:22

cet article ne relate pas la réalité de ce qui c'est passer sur le terrain,il a été censuré pour ne pas déplaire aux chasseurs.L'attitude de ceux -ci fut parfaitement scandaleuse! et aucune solution n'a pue être discuté!

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Nous nous engageons à créer une offre différenciée, adaptée à la création de valeur ajoutée pour nos adhérents, dans une démarche qualité affichée et accessible.

Julien Marre, président national du service de remplacement

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui