Le Réveil Lozère 12 décembre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Agrandir le bâtiment pour regrouper les animaux

Installée depuis deux ans, Aurélie Planchon a fait le choix d’agrandir la bergerie pour faciliter le travail au sein de son exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Le 1er janvier 2015 est une date un peu particulière pour Aurélie Planchon. Alors à peine âgée de 22 ans, elle reprend l’exploitation de son père, Robert, agriculteur aux Laubies. « J’avais 140 brebis réparties sur deux sites », raconte le jeune retraité. Une configuration qui complique le travail sur l’élevage. « Au moment des mises bas, il fallait faire pas mal d’aller-retour, confie l’agricultrice. Il fallait aussi sortir le fumier à la main. » Profitant de son installation, la jeune femme décide alors d’agrandir l’un des deux bâtiments pour pouvoir regrouper et augmenter le troupeau. Le bâtiment en question, datant des années 80 se voit alors pourvu d’une aile supplémentaire. « Aujourd’hui la bergerie peut accueillir 200 brebis, explique Aurélie Planchon. J’en ai 180 mais cela permet d’avoir de la place pour les animaux. » À l’intérieur, brebis et agneaux bénéficient en effet d’un espace important. La nouvelle aile, tout en longueur, permet à l’éleveuse de séparer facilement les individus. « Elles ne sont pas serrées et c’est pratique, surtout au moment des agnelages, continue la Lozérienne.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1438, du 14 décembre 2017, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui