Le Réveil Lozère 31 juillet 2019 à 10h00 | Par MR

Affaire des « faux steaks hachés » : FranceAgriMer pointé du doigt

Le sénateur de Seine-Saint-Denis Fabien Gay estime que l’affaire des « faux steaks hachés » distribués à des associations caritatives a révélé des « dysfonctionnements » des services de l’État, en particulier de FranceAgriMer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Comment en est-on arrivé à distribuer aux associations caritatives des steaks hachés contenant des estomacs, des amygdales, du cartilage et des cœurs de bœuf… ? » C’est la question à laquelle a tenté de répondre le sénateur Fabien Gay (PCF) dans un rapport présenté le 24 juillet, sur l’affaire dite des « faux steaks hachés », révélée en juin. À l’origine de cette affaire, très probablement une fraude, dont l’origine reste à définir. Une enquête de la DGCCRF est en cours et pourrait conduire, « selon toute vraisemblance », à une saisine du Parquet pour soupçons de tromperie en bande organisée, rapporte le sénateur. Certaines associations caritatives ont d’ores et déjà porté plainte. Mais ce que le sénateur de Seine-Saint-Denis a voulu savoir, c’est plutôt comment une telle tromperie a pu passer entre les mailles du filet administratif.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1521, du 1er août 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui