Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Accord-cadre du GDS avec l'école nationale vétérinaire de Toulouse

L'école nationale vétérinaire de Toulouse et le GDS Lozère s'allient grâce à un accord, pour une approche scientifique plus poussée sur le terrain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Lundi 16 décembre, le GDS Lozère a signé un accord avec l'école nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT). Un partenariat qui permettra aux deux structures d'échanger de façon plus régulière sur les questions sanitaires. Un accord qui prendra sans doute la forme d'une convention cadre sans limitation de durée.
Pour 2020, certains axes de travail sont déjà définis : productions transfermières au sens large, « en lait cru, essentiellement dans un premier temps » dit Laure Gaillard, la nouvelle directrice du GDS Lozère. Puis s'ajouteront peu à peu les produits carnés et les ovoproduits, selon la directrice. Les productions fermières au lait cru nécessitant une surveillance particulière, du fait des germes qui peuvent se développer et affecter la santé humaine, c'est ce qui a décidé les partenaires à travailler sur ces dossiers en priorité.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1542, du 09 janvier 2020, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».