Le Réveil Lozère 17 novembre 2015 à 08h00 | Par Réussi

Abattoir d'Alès : réouverture prévue pour ne pas détruire les filières d’élevage

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Un consensus s’est dégagé entre les principaux acteurs de la filière, les élus et les représentants de l’État pour acter une réouverture rapide » de l’abattoir d’Alès, dans quelques semaines ou un maximum de deux mois, a déclaré Max Roustan, le maire de la ville, le 13 novembre, à la suite d’une réunion avec l’ensemble des membres de la filière. « L’abattoir est essentiel pour la survie de la filière dans cette région d’élevage », a-t-il expliqué. Pour cette réouverture, il sera nécessaire de réaliser des travaux, un audit pour améliorer la structure et de mener une réflexion, notamment sur la création d’un « comité d’éthique », selon lui. « Nous avons souhaité rouvrir mais pas à n’importe quel prix », a assuré Luc Hincelin, représentant des éleveurs, souhaitant « des contrôles, de la qualité et une structure durable ». « Si demain l’abattoir ferme, tous les éleveurs locaux vont plonger », affirme-t-il. L’abattoir d’Alès avait été fermé à la suite de la diffusion d’une vidéo par l’association L214, montrant des mauvais traitements administrés aux animaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui