Le Réveil Lozère 14 novembre 2018 à 11h00 | Par Nancy Sagnet

« À la fin de l’année 2018, nous serons à 12 000 victimes en France »

Jeudi dernier, Claude Font, secrétaire général de la FNO (fédération nationale ovine) en charge du dossier loup est venu échanger avec les éleveurs Lozériens. Si le responsable national a fait le point sur les actualités relatives à la prédation, les responsables agricoles ont aussi pu aborder d’autres points, tel que la Pac ou le défrichement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

Responsables agricoles et éleveurs Lozériens se sont réunis, jeudi 8 novembre 2018, sur la ferme du Gaec d’Eygas à Pelouse. Pour cette réunion thématique orientée principalement autour de la problématique loup, Claude Font, éleveurs d’ovins viande et de vaches laitières en Haute-Loire avait fait le déplacement. Secrétaire général adjoint de la FNO, il est en charge du dossier loup, une problématique devenue nationale.
« Depuis l’été, nous avons eu deux attaques sur cette ferme sur des veaux », indique Florian Delpuech, l’un des associés du Gaec d’Eygas. Un phénomène nouveau qui auparavant n’existait pas. « Cette évolution est due à un changement de pratique. Nous avons constaté une baisse des attaques envers les ovins car nous rentrons les animaux beaucoup plus tôt. C’est pour cela que le loup a changé de stratégie », commente Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1484, du 15 novembre 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui