MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 13 mai 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

À Aumont-Aubrac, la maison Boulet inquiète de ses perspectives

Les bouchers de Lozère s’inquiètent du futur de leurs boutiques, notamment dans les villages. Avec le recul de la consommation dû à la pandémie actuelle, les ventes sont en chute libre. Sixième et dernier arrêt de notre série sur le commerce en temps de Covid-19.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La famille Boulet, dans la boucherie familiale.
La famille Boulet, dans la boucherie familiale. - © Famille Boulet

Le Covid-19 est venu mettre un frein à leur florissante activité. « En saison estivale, on passait une bête par semaine et le reste du temps, une bête tous les 15 jours à peu près », décrit Yannick Boulet, « et qui dit moins d’activité, dit moins d’abattage ». Adaptation des heures d’ouverture, ventes en baisse, abattages moindres…
Le Covid-19 a chamboulé les façons de travailler et fait subir une grosse baisse de chiffre d’affaires sur les deux derniers mois. De plus, la boucherie ne rentrant pas dans les conditions pour obtenir les aides régionales et nationales, la boucherie doit jongler sans.
La maison Boulet est une institution dans le village. Yannick Boulet, le fils, installé depuis 2004, et travaillant avec ses parents (Gérard et Martine Boulet), en représente la 4e génération. « Depuis le début, on est bouchers abatteurs », relève-t-il avec fierté.
« Depuis le temps, les clients nous connaissent et ils nous sont fidèles », soupire Yannick Boulet. Vacanciers et Lozériens y ont leurs habitudes, « et puis on est sur l’axe de l’A75, donc il y a beaucoup de passage », souligne le boucher.
La maison Boulet, qui travaille depuis de nombreuses années avec Languedoc Lozère Viande, avoue que la crise a rendu les choses délicates. « Au lieu de tuer des bêtes entières, on prend ce qu’on a besoin », souffle Yannick Boulet. Un demi, un avant, un piécé en fonction de ce qu’ils écoulent dans la boutique.
En plus de la famille, la boucherie employait une personne  depuis quatre ans. « Il est parti juste avant la crise », explique Yannick Boulet. Avec la pandémie, l’embauche prévue d’un nouvel employé ou d’un apprenti pour remplacer celui parti est devenue floue. « On va attendre de voir comment évolue la situation, on n’est pas en mesure de dire comment ça va tourner », dit prudemment Yannick Boulet.
La crise a eu un autre effet, commente le boucher : la boucherie envisage désormais sérieusement de se pencher sur une présence numérique, avec la construction d’un site dédié. « L’idée nous trottait dans la tête », avoue Yannick Boulet mais l’idée se précise, notamment pour la charcuterie.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1560, du 14 mai 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

30 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le marché de l’ultra-frais progresse de 16,1 % en volume et de 13,9 % en valeur dans la distribution grand public sur la période du 15 mars au 19 avril 2020

témoigne Syndifrais (transformateurs de produits laitiers frais), dans un communiqué du 20 mai.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui